Bruit au bureau – Comment garder le lieu de travail silencieux ?

RH

Written by:

Les employés de bureau se plaignent de fatigue et d’incapacité à se concentrer sur leurs tâches, et les employeurs signalent une baisse d’efficacité. L’impact du bruit sur la santé humaine et la santé des entreprises est indéniable et – à long terme – dévastateur. Il est donc utile de veiller au confort acoustique dans le bureau. Comment faites-vous ?

L’aménagement moderne des bureaux offre de nombreuses possibilités de réduire le bruit au travail. Le bureau peut être aménagé de manière à ce que les sons gênants et dérangeants pour les employés soient naturalisés. Les cloisons, les panneaux, les tapis d’insonorisation des salles et les cabines autostatiques y contribuent.

Le bruit au bureau est-ce un problème courant ?

Une étude réalisée par l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) montre qu’en France, pas moins de 60% des actifs se disent gênés par le bruit sur leur lieu de travail. Au travail, au bureau, il peut apparaître sous différentes formes [1]. Les bruits désagréables peuvent être causés par les éléments suivants : les machines et les équipements de bureau à côté de nous, mais aussi par une climatisation mal réglée ou par des collègues qui parlent fort.

Acoustique du travail comment en prendre soin au mieux ? 

L’acoustique des bureaux est particulièrement importante pour les espaces ouverts. Elles doivent comprendre des zones de calme permettant de travailler individuellement ou en équipe. L’espace de bureau doit également comprendre phone box bureau, c’est-à-dire des cabines acoustiques qui permettent aux gens de parler librement au téléphone ou de mener des vidéoconférences. La cabine acoustique hushPhone a des propriétés de tranquillisation du téléphone. Équipée d’un accoudoir ergonomique, d’une table pliante pour ordinateur portable et d’une zone d’assise, elle vous permettra de mener confortablement des conversations téléphoniques, même longues, sans déranger vos collègues.

Niveau sonore acceptable au bureau quelles sont les normes ?

Le code du travail français, dans son article L. 4121-2, définit exactement ce que peut être l’intensité du bruit au travail. Les normes qu’il contient sont conformes à la directive européenne 2003/10/CE, qui définit les valeurs seuils d’exposition au bruit sur le lieu de travail [2] :

  • 80 dB(A) et 135 dB(C) correspondent à la valeur d’exposition inférieure qui doit induire une action de prévention,
  • 85 dB(A) et 137 dB(C) représentent la valeur d’exposition supérieure qui doit engendrer des actions correctives,
  • 87 dB(A) et 140 dB(C) font figure de valeur limite d’exposition (valeur qui tient compte de l’atténuation due au port d’un protecteur individuel contre le bruit) : elle ne doit jamais être dépassée.

Le silence au bureau comment affecte-t-il l’efficacité du travail ?

Un bruit excessif et prolongé au bureau peut endommager temporairement ou définitivement l’ouïe, provoquer des troubles de la perception visuelle et des couleurs, une réduction de la précision des mouvements et des performances physiques, une irritabilité constante, des migraines et des problèmes de concentration, une réduction significative des capacités intellectuelles. En revanche, travailler en silence permet de mieux se concentrer, d’accroître l’efficacité, d’approfondir l’analyse, de prendre le temps de s’appliquer et de se détendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.